Accueil
>> Accueil >> Recommandations de bonnes pratiques professionnell >> La qualité de vie >> Spécificités de l’accompagnement des adultes (...)
précédent suivant réduire la police agrandir la police Transmettre le lien de la page Imprimer Nous contacter

Spécificités de l’accompagnement des adultes handicapés psychiques


Ces recommandations de bonnes pratiques professionnelles sont inscrites au programme de travail 2014-2015 de l’Anesm au titre de la qualité de vie.
 


Champ et objectif
 

Cette programmation répond aux profondes transformations engendrées par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », qui « reconnaît » le handicap psychique et a impulsé le développement ou la création de nouveaux dispositifs d’accompagnement dans le champ social et médico-social (les Savs, les Samsah, les résidences accueils, etc.). Dans le même temps, des dispositifs créés et animés par les usagers, les Groupes d’entraide mutuelle (GEM) ont vu le jour.

Ces recommandations accompagnent cette évolution du secteur social et médico-social en identifiant les pratiques professionnelles qui concourent à une prise en compte des attentes et besoins spécifiques des adultes handicapés psychiques, qu’ils vivent dans un logement individuel ou un habitat collectif.

 

Les personnes concernées sont celles ayant une limitation d’activités ou de participation sociale en raison de troubles durables et substantiels.

 

Pour ces recommandations, le choix est fait de retenir les personnes handicapées en raison des conséquences de la schizophrénie ou des troubles affectifs bipolaires sévères.

 

Les professionnels qui accompagnent des personnes ayant d’autres troubles dont les conséquences sociales et les besoins en accompagnement sont proches pourront en outre y trouver des repères utiles.

 
Le handicap psychique se caractérise par :

  • le caractère variable et intermittent des troubles ;
  • le besoin d’un suivi médical régulier ;
  • des capacités intellectuelles préservées, même si des troubles cognitifs sont souvent associés ;
  • une incapacité, très souvent, de demander de l’aide de la part de la personne ;
  • la stigmatisation liée à la méconnaissance et à la crainte qu’inspire le handicap psychique ;
  • l’isolement et la rupture du lien social.

 

Les personnes ayant une déficience associée (intellectuelle, motrice, sensorielle) à leur handicap psychique, font partie du périmètre des recommandations.

 

 

Les personnes ayant des troubles ponctuels et légers, une détresse psychologique, et/ou des « comportements-problèmes » ne font pas partie du périmètre des recommandations.

 

 

Toutefois, les professionnels accompagnant ces publics pourront trouver des repères dans ces recommandations en raison de certaines problématiques communes.

 

En effet, les recommandations sont à destination de l’ensemble des professionnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Essms au sens de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles-Casf) du secteur du handicap qui accueillent des adultes handicapés psychiques.

Elles s’adressent à l’ensemble des Essms quelque soit le mode d’accompagnement proposé :

  • services à domicile (Samsah et Savs mais également les Ssiad et Saad ) ;
  • services mandataires judiciaires à la protection des majeurs ;
  • accueil de jours et établissements et services d’aide par le travail (Esat) ou de formation professionnelle (Crp-Cpo) ;
  • hébergements collectifs (foyer d’hébergement, Mas, Fam, foyer de vie).

Les professionnels des Essms qui accueillent des jeunes adultes de plus de 18 ans (Ime, Itep, Sessad, etc.) sont également concernés.

 

Cette recommandation s’adresse aussi bien aux Essms spécialisés dans l’accueil de personnes handicapées psychiques, qu’à celles qui accueillent des publics diversifiés.
 

Les destinataires indirects des recommandations sont les professionnels qui accueillent ce public :

  • dans les Essms qui ne relèvent pas du champ du handicap (les Chrs, les services de la protection de l’enfance (dans leurs missions d’aide à la parentalité), les Ehpad , etc.) ;
  • dans les établissements et services qui ne sont pas des Essms au sens de l’article L. 312-1 du Casf (les maisons relais, les résidences accueils, les mandataires judiciaires indépendants, etc.) ;
  • dans les établissements de santé et les cabinets de médecine ville.
     

 

Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles (RBPP)

 

La version intégrale des recommandations est consultable ci-contre au format PDF

 

 

 

Autour des recommandations
 

  • Consultez ci-contre la synthèse des recommandations
  • Consultez ci-contre la bibliographie
  • Consultez ci-contre la décision d’adoption des recommandations
  • Consultez ci-contre la lettre de cadrage

 

Anesm
W3C WAI
homepage list list search plan contact content page